Incendie Lubrizol
Incendie Lubrizol

Bienvenue à Préaux

Incendie Lubrizol

Incendie de l'entreprise Lubrizol

Pour retrouver toute l'actualité sur l'accident de l'usine LUBRIZOL

Informations Préfecture Incendie Lubrizol

Informations Ministère Incendie Lubrizol


Communication du 06 novembre 2019 : 

ARS : Qualité et suivi de l'eau du robinet

ARS : Résultats de la surveillance des eaux destinées à la consommation humaine


Communication du 04 novembre 2019 :

ARS : Schéma de l'impact de l'environnement sur la santé de la population

ARS : Présentation du suivi organisé par Santé Publique France

ARS : Résultats d'analyses et recommandations sanitaires

*********

Suite à l'incendie de l'usine Lubrizol, le 26 septembre dernier, la Commune met en place un accueil et un accompagnement des victimes par l'Avipp, association d'aide aux victimes et d'information sur les problèmes pénaux, et l'Ordre des Avocats des Barreaux de Dieppe et Rouen. Les Préautais seront reçus gratuitement et sans rendez-vous à la mairie : le mercredi 13 novembre 2019 de 9h30 à 12h30 et le mercredi 20 novembre 2019 de 9h30 à 12h30.

Cliquez ici

*********

Communiqué de presse de l'ARS : Qualité de l'eau du robinet

*********

Communiqué préfectoral : Dépollution du site LUBRIZOL 

*********

Communiqué du Ministère de l'Agriculture et de l'Alimentation : 

*********

Communiqué préfectoral : Surveillance environnementale et évaluation des risques sanitaires

*********

Communiqué préfectoral : Rapport INERIS, analyse HAP et métaux

 

*********

Communiqué préfectoral : professionnels du tourisme, de l'artisanat et du commerce de l'agglomération rouennaise 

*********

Arrêté préfectoral imposant à Normandie Logistique des prescriptions de mesures d'urgence pour son site situé dans les communes de Rouen.

Arrêté préfectoral modificatif - Normandie Logistique

*********

Arrêté préfectoral imposant à LUBRIZOL des prescriptions de mesures d'urgence pour son site situé dans les communes de Rouen et Petit-Quevilly.

Arrêté préfectoral modificatif - LUBRIZOL

*********

Questions/Réponses de l'ARS :

********* 

Communiqué préfectoral autorisant la mise sur le marché du lait :

*********

      

*********

Communiqué de presse de l'ARS du 10 octrobre 2019 :

Communication du 10 Octobre 2019 : 

Communiqué : résultats des campagnes de prélèvements et de recherches de présence éventuelle de dioxines

Les résultats de deux nouvelles campagnes de prélèvements dans les suies ne révèlent pas de présence significative de dioxines dans l’environnement.

Des campagnes supplémentaires sont prévues pour compléter ces recherches.

À la demande de la Direction régionale de l'environnement, de l'aménagement et du logement de Normandie (DREAL Normandie) par le service départemental d’incendie et de secours (SDIS), trois campagnes de prélèvements ont déjà été réalisées dans les suies retombées à la suite de l’incendie, en parallèle des prélèvements sur les productions agricoles. Ces prélèvements ont été analysés pour rechercher la présence éventuelle de dioxines dans les suies.

Une première série de résultats a été transmise le mardi 1er octobre. Les résultats des deux autres campagnes sont désormais également disponibles. Ils ont été reçus le mardi 8 octobre.

Il s’agit des analyses de 19 prélèvements de suies effectués sur des lingettes. Les résultats ne mettent pas en évidence de présence significative de dioxines.

1ère campagne de prélèvements

La première campagne de prélèvements a été réalisée dès le 26 septembre à proximité des écoles de l'agglomération rouennaise (communes de Rouen, Mont-Saint-Aignan et Quincampoix avec un point témoin à Saint-Etienne-du-Rouvray).

Les résultats ont été analysés par l’Institut national de l’environnement industriel et des risques (Ineris) et rendus publics le 1er octobre.

Ces résultats sont situés entre 0,04 et 0,20 ngTEQ/m². Cette variation des données est jugée peu significative. Ces données sont constitutives de ce qu’on peut qualifier de « bruit de fond », ce qui correspond à la concentration habituelle d’une substance dans un milieu donné, provenant de sources naturelles et/ou de sources d'origine anthropique diffuses.

2e campagne de prélèvements

Pour sécuriser les résultats de cette première campagne, une deuxième campagne de prélèvements a été demandée le même jour à Bureau Veritas. Cette campagne a consisté en 11 prélèvements par lingettes réalisés le 26 septembre dans l'agglomération de Rouen (communes de Rouen, Bois-Guillaume, Mont-Saint-Aignan, Isneauville, avec un point témoin à Petit-Quevilly).

Les analyses ont été faites par le laboratoire Eurofins et les résultats ont été reçus le mardi 8 octobre 2019. Ils sont entièrement négatifs : aucune trace de dioxine n’est décelée dans les suies prélevées.

3e campagne de prélèvements

Dans la mesure où ces deux campagnes de prélèvements étaient centrées sur l’agglomération rouennaise, elles ont été complétées avec des prélèvements effectués sur des suies dans deux autres secteurs du département, dans lesquels des retombées importantes de suies avaient été repérées. 3 prélèvements par lingettes ont ainsi été réalisés le 28 septembre dans le pays de Forges-les-eaux et le pays de Buchy (communes de Forges-les-Eaux, Neufchatel-en-Bray et Saint-Saens).

Les analyses ont été faites par l'INERIS et les résultats ont été reçus le 8 octobre 2019.

Les résultats sont compris entre 0,12 et 0,24 ngTEQ/m², sauf une valeur de 2,80 ngTEQ/m² relevée à Saint-Saens.

Toutes les valeurs mesurées dans le pays de Forges-les-Eaux et le pays de Buchy sont ainsi comparables à ceux mesurés dans l’agglomération rouennaise et sont constitutives de ce qu’on peut qualifier de « bruit de fond ».

Quand à la valeur relevée à Saint-Saens, il est possible qu’elle soit issue d’une erreur d’échantillonnage, car le prélèvement a été opéré sur une table de ping-pong peinte. Afin de lever le doute sur cette valeur singulière, des analyses supplémentaires sur cette peinture vont être réalisées par l’INERIS.

Sur la situation dans la commune de Préaux

Des prélèvements de poussière et d’eau de pluie avaient en outre été opérés dès les premiers jours par l’association de surveillance de la qualité de l'air ATMO Normandie. 6 prélèvements de retombées ont ainsi été réalisés entre le 26 septembre et le 27 septembre dans l'agglomération de Rouen et jusqu'à Quincampoix (communes de Rouen, Mont-Saint-Aignan, Bois-Guillaume, Préaux, et Saint-André-sur-Cailly).

Les analyses ont été confiées par Air Normandie au laboratoire TERA et les résultats ont été reçus par ATMO le 7 octobre 2019. Ces prélèvements ont été présentés et commentés par ATMO Normandie le 8 octobre. Un communiqué spécifique sur les valeurs ainsi relevées a été diffusé par ATMO Normandie en complément de cette présentation. Ce communiqué rappelle que la valeur de 12,66 pg/m²/jour I-TEQ reste dans les valeurs statistiques des mesures réalisées par ATMO Normandie, qui sont comprises entre 3,4 et 31,01 pg/m²/jour I-TEQ. Il convient de rappeler que l’analyse de l’impact sanitaire de la dioxine ne peut se faire au regard d’une seule valeur mesurée dans les précipitations à un instant t.

Les contacts utiles ont été pris par les autorités sanitaires avec la mairie de Préaux. Les explications ont été fournies. Afin de sécuriser la bonne information de la mairie de Préaux et des populations, de nouveaux prélèvements, de sols cette fois-ci, sont prévus à Préaux. Les résultats de ces prélèvements permettront de resituer le résultat déjà connu sur Préaux, sur les retombées, dans les premiers jours, par d’autres résultats sur la présence éventuelle de dioxine dans les sols à Préaux.

Prochaines campagnes de prélèvements

Deux nouvelles campagnes de prélèvements sont prévues pour poursuivre les recherches de la présence éventuelle de dioxines.

L’une sera ciblée sur les communes survolées par le panache, sur les hauteurs de Rouen, et dans les secteurs où des retombées importantes de suies ont été constatées, dans le pays de Forges-les-Eaux et le pays de Buchy. Dans le cadre de cette campagne supplémentaire, 60 prélèvements seront effectués dans les sols dans des espaces publics. Ces nouveaux prélèvements permettront de réunir une information complémentaire. Les résultats seront connus la semaine prochaine.

 

 Résultats des analyses > Dioxine

Résultats des analyses INERIS

Résultats des analyses Bureau Veritas

 

Communiqué : qualité de l'eau du robinet

Des investigations poussées de recherche de substances chimiques dans l’eau destinée à la consommation humaine, bien au-delà du contrôle sanitaire habituellement réalisé par l’Agence régionale de santé de Normandie, ont été réalisées depuis le 26 septembre.

De nouveaux résultats de cette surveillance effectuée dans la zone du panache de fumée sont aujourd’hui disponibles pour les eaux souterraines. Ils concernent des prélèvements réalisés entre le 30 septembre et le 7 octobre et viennent compléter les données publiées le vendredi 4 octobre. Les résultats obtenus confirment l’absence ou la présence en concentrations très faibles et bien inférieures aux valeurs sanitaires de référence, des produits recherchés.

L’eau du robinet est propre à la consommation en Normandie : elle peut être consommée sans risque pour la santé, y compris dans les secteurs de Seine-Maritime qui ont été directement concernés par le panache de fumées.

Pour rappel, les analyses sur l’eau destinée à la consommation humaine distribuée par le réseau public ont été réalisées par l’ARS dès le jour de l’incendie. Des réservoirs d’eau aériens ont d’abord été ciblés pour mesurer un éventuel impact du panache de fumée sur la qualité de l’eau stockée (des consignes de fermeture des aérations de ces réservoirs ayant été préalablement données aux exploitants). Des captages d’eau souterraine de la zone concernée par le panache de fumée ont ensuite été investigués pour mesurer un éventuel impact sur la qualité des eaux souterraines utilisées pour la production d’eau potable, par infiltration rapide dans le sous-sol d’eaux ayant pu entraîner des suies et retombées des fumées de l’incendie.

De nombreuses substances chimiques ont été recherchées par les laboratoires agréés par le Ministère chargé de la santé grâce à des méthodes analytiques performantes. Les analyses ont porté notamment sur des métaux, des Hydrocarbures Aromatiques Polycycliques (HAP) qui sont des composés issus de combustion, des solvants chlorés, des solvants benzéniques (Benzène, Toluène, Xylène), les hydrocarbures, les dioxines et furanes, les phtalates et les PCB (polychlorobiphényles).

Les tableaux de résultats des analyses réalisées entre le 26 septembre et le 7 octobre sont disponibles sur les sites internet de la préfecture de Seine-Maritime (www.seine-maritime.gouv.fr ) et de l’ARS de Normandie (www.normandie.ars.sante.fr ). La surveillance de la qualité de l’eau destinée à la consommation humaine se poursuit. Les résultats d’analyses seront communiqués régulièrement.

Résultats > qualité de l'eau du robinet

*********

Communication du 09 Octobre 2019 :

Analyses et résultats : Présentation de l'avis de l'ANSES / Saisine du Ministère de l'Agriculture et de l'Alimentation ; Présentation de l'avis ANSES et INERIS / Saisine des ministères MSS-MTES-MAA ; Avis ANSES en réponse aux 2 saisines ; Avis INERIS en réponse à la saisine du 02 octobre 2019.

Saisines : Saisine relative à l'évaluation des risques alimentaires ; Saisine INERIS et ANSES

*********

Suite à l'emballement médiatique du mercredi 9 Octobre,

Madame le Maire fait le point sur la situation :

Suite à la conférence de presse de l'Atmo hier mardi 8 Octobre sur les analyses des dioxines-furanes faites sur notre commune, l'Atmo revient ce mercredi 9 Octobre sur le sujet via un communiqué pour éviter que des informations erronées et mal comprises soient diffusées :

 

Suite à la catastrophe du 26 septembre 2019, Madame le Maire a déposé plainte le 07 octobre 2019 pour les motifs suivants : 

« Dépôt de plainte contre X pour mise en danger d'autrui en ma qualité de représentante de la Commune de Préaux » ;

« Dépôt de plainte aux fin de protection des agents municipaux » ;

« Faire reconnaitre la qualité de victime à la Commune de Préaux, la Commune étant sur le trajet du panache de fumée, des retombées de suie ont été constatées ».

 

De plus, un cahier de doléances est à disposition à la mairie pour recevoir toutes vos témoignages, photos, impacts psychologiques et/ou physiques des administrés de Préaux.

(Aucune impression de photos ou mails en mairie, prévoir de ramener vos pièces)

*********

Communication 07 octobre 2019 :

La permanence d'accueil psychologique du 7 au 11 octobre 2019

A la suite de l’incendie survenu au sein de l'entreprise Lubrizol jeudi 26 septembre, la permanence d’accueil psychologique mise en place par l’ARS Normandie et la préfecture de la Seine-Maritime est maintenue au centre municipal Charlotte Delbo (rue Roger Besus, salle 11 à Rouen).

Du 7 au 11 octobre, elle sera ouverte de 10h à 12 h et de 14h à 16h.

Cet accueil psychologique, sans rendez-vous et gratuit, est ouvert aux personnes qui le souhaitent
pour faire face à leurs inquiétudes et à leur stress à la suite de l’événement.

En cas de problème médical, contactez votre médecin traitant. En soirée (de 20h à 8h) et le week-end, appelez le 116-117. Nous rappelons que le 15 et le 18 sont réservés aux urgences vitales

*********

Communication 05 octobre 2019

Communiqué : Situation économique et de l'emploi pour les entreprises en lien avec les sociétés Lubrizol et Normandie Logistique

L'incendie de l'usine LUBRIZOL a eu un impact sur l'activité économique de certaines entreprises, en particulier les plus proches.

Pour ce qui concerne LUBRIZOL, deux types d’activités étaient exercées sur le site, à savoir des activités de production et des activités administratives, notamment liées à la présence du siège social.

Aujourd’hui, une soixantaine de salariés est présente sur le site pour les activités liées au maintien en sécurité et à la gestion de la situation.

Les autres salariés travaillent à partir du site d’OUDALLE (situé au HAVRE), sur plusieurs sites temporaires dans l’agglomération de Rouen ou en télétravail. Une vingtaine de salariés ne sont pas en situation d’activité.

LUBRIZOL a fourni une liste de 27 sous-traitants et prestataires, totalisant 206 salariés travaillant pour le site de Rouen. Selon le retour fait par l’entreprise, confirmé par les quelques prestataires qui ont pu être pour le moment contactés, il apparaît que la plupart des sous-traitants et prestataires ont pu reporter leurs salariés sur d’autres missions ou chantiers ; certains ont aussi invité leurs salariés à prendre des congés/RTT. Un sous-traitant est particulièrement impacté avec près d’une cinquantaine de salariés qui travaillaient pour LUBRIZOL.

Pour ce qui concerne Normandie Logistique, l'ensemble des salariés à l'exception d'une quinzaine de chauffeurs, ont pu être déployés dans d'autres sites de l'entreprise.

Dans l’environnement du site, 3 entreprises ont leur site à l’arrêt. Elles ont pour certaines trouvé des solutions temporaires pour maintenir un minimum d’activité.

Enfin, une vigilance particulière est à porter pour deux secteurs économiques :

  • L’hôtellerie et la restauration, une réunion des professionnels est d’ailleurs en cours ;
  • L'agro-alimentaire.

Dans cette situation, l’État se place dans une attitude de soutien pour ces entreprises. Le Préfet de Région a organisé une réunion d'échanges avec les 33 entreprises les plus concernées dès le lundi 30 septembre.

Être en soutien des entreprises c’est être à leur écoute, pour accompagner celles qui rencontrent des difficultés. A cet égard, à la demande du Préfet, la DIRECCTE a mis en place le 26 septembre :

une cellule de continuité économique,

joignable par un numéro unique : 02 32 76 16 60.

Le dispositif de l’activité partielle peut être utilisé par les entreprises qui sont impactées par cet événement, en leur permettant d’être soutenues pour continuer à rémunérer leurs salariés.

Très concrètement, les entreprises bénéficient d’une allocation de 7,74€ par heure pour les PME et de 7,23€ par heure pour les plus grandes entreprises. Les salariés sont rémunérés à hauteur de 85% du salaire net.

C’est un dispositif essentiel pour préserver l’emploi.

A ce jour, 23 entreprises ont sollicité de l’activité partielle pour un total de 406 salariés. Ces entreprises sont Seino-marines, à l’exception de l’une d’entre elles (Calvadosienne). Elles sont essentiellement petites (environ 70 % comptent moins de 50 salariés).

L’URSSAF et la DRFIP, qui sont également mobilisés et disposées à regarder les éventuelles demandes de délais de paiement, n’ont pas reçu de demandes en ce sens.

Communiqué : Campagnes de mesures amiante

Trois campagnes de mesures de fibres d’amiante ont été effectuées :

- La première, à la diligence de Lubrizol, a été réalisée vendredi 27 septembre dans le rayon des 300 mètres autour du site de Lubrizol,

- La deuxième a été réalisée par le bureau Veritas, à la demande du préfet, lundi 30 septembre, dans un périmètre correspondant au panache et allant jusqu’à une distance de 15 km.

Ces deux premières campagnes ont montré qu’aucune fibre d’amiante n’était trouvée sur les surfaces et que les mesures de fibres d’amiante dans l’air étaient toutes inférieures à 3 fibres d’amiante par litre d’air. Il est rappelé que la réglementation relative aux bâtiments fixe à 5 fibres d’amiante par litre d’air le seuil au-dessus duquel il est obligatoire de procéder au désamiantage du bâtiment. On peut considérer que le chiffre de 3 fibres par litre d’air est constitutif de ce qu’on appelle le bruit de fond.

Afin de réunir de nouveaux éléments et de s’appuyer sur des mesures plus complètes, il a été décidé de procéder à une troisième campagne dans un rayon de 800 mètres autour du site. Les résultats ont été obtenus jeudi soir. Comme pour les deux campagnes précédentes, il apparaît que les mesures de fibres d’amiante dans l’air sont inférieures à 3 fibres par litre d’air.

Cette série de trois campagnes permet donc de considérer que l’incendie n’a pas généré autour du site de niveaux inhabituels ou préoccupants de fibres d’amiante dans l’air.

La totalité des résultats des analyses des prélèvements est publiée ci-dessous.

> résultats mesurages amiante : du 1er octobre : Rapport 1Rapport 2Rapport 3Rapport 4Rapport 5 ; Rapport 6Rapport 7Rapport 8 ; Rapport 9

                                                    du 03 octobre :  Rapport 1 Rapport 2Rapport 3 ; Rapport 4Rapport 5Rapport 6Rapport 7

Communiqué : Protocole fibrociment

Au cours de l’incendie sur le site de Lubrizol à Rouen le 26 septembre 2019, des fragments de toiture en fibrociment ont été projetés.

Conformément aux instructions qui ont été communiquées par la préfecture, il ne faut pas manipuler ces fragments.

Un numéro vert a été mis en place. Il s’agit du 0 800 009 785. Ce numéro vert donne les coordonnées de l’entreprise spécialisée agréée mandatée par Lubrizol.

L’entreprise spécialisée organise d’une manière professionnalisée la collecte de ces fragments. Leur collecte est en effet réglementée par des textes qui exigent des précautions. Par exemple, un fragment de fibrociment identifié en hauteur (sur une annexe, sur une toiture,...) nécessite des conditions d’intervention particulières. C’est donc bien pour intervenir en toute sécurité et conformément à la réglementation que l’entreprise spécialisée agréée doit parfois prendre les dispositions adaptées qui nécessitent éventuellement un délai. Dans l’attente de l’intervention effective, après le signalement, il est très important de continuer à ne pas manipuler les fragments.

Le périmètre d’intervention de l’entreprise a été défini à partir du panache. Les données techniques ont conduit à retenir une distance, sous le panache, de 8 kilomètres à partir du site ainsi que la commune de Petit-Quevilly.

Les coordonnées de l’entreprise spécialisée agréée ont été communiquées directement aux collectivités locales. Les entreprises doivent, comme les particuliers, appeler le numéro vert. Il est précisé qu’en ce qui concerne les entreprises, il y a lieu de respecter les dispositions relatives au code du travail.

Enfin, il est rappelé que les interventions sur le site lui-même des prestataires de Lubrizol et Normandie Logistique pour l’élimination des déchets générés par le sinistre doivent respecter les dispositions du code de travail en matière de protection des travailleurs.

Toutes les interventions de collecte sont prises en charge par l’exploitant.

Carte risque retombées

 

*********

 

Préfecture de Rouen : communiqué n° 4 du 28 septembre 2019 : Mesures conservatoires sur les productions agricoles à la suite de l’incendie de l’entreprise LUBRIZOL

*********

Préfecture de Rouen : communiqué n° 3 du 28 septembre 2019 : Arrêté préfectoral de mesures d’urgence imposées à l’entreprise LUBRIZOL

*********

Préfecture de Rouen : communiqué n°2 du 28 septembre 2019 : recommandations sanitaires

*********

Préfecture de Rouen : communiqué n° 1 du 28 septembre 2019 : prélèvements et analyses effectués.

*********

Préfecture de Rouen : Arrêté préfectoral relatif à des restrictions sanitaires de mise sur le marché de productions alimentaires d'origine animale et végétale produites sur la zone impactée par les retombées de suies de fumées de l'incendie de l'usine LUBRIZOL.

*********

Consigne de nettoyage :